La culino-blogosphère m'ennuie !

Ecrivain

J'avoue ! Ce titre est un brin provocateur.

Il n'avait évidemment de cesse que de vous attirer, depuis blog-appétit ou ailleurs, en espérant capter votre attention ou piquer votre égo.

Et pourtant, en ce dimanche pluvieux et venteux d'octobre, près de 3 ans jour pour jour depuis mes premiers tâtonnements sur ce blog, je m'interroge sur l'évolution de ce véritable phénomène de société bien de chez nous : la culino-blogosphère !

Ici, les premiers seront certainement les derniers. En effet, lorsque le créneau, vierge, était encore à prendre, Pascale Weeks, pionnière française, juste derrière la première culino-blogueuse l'exilée aux Amériques, Clothilde (Chocolate & Zucchini) vint planter le décor, en toute simplicité et efficacité. Quelques livres plus tard, elle n'a rien perdu de l'authenticité de ses débuts. Le format s'est affirmé, mais le style est resté, intact. Il faut dire qu'elle avait mis la barre très haut dès le début. Son blog est indiscutablement un des incontournables piliers de la culino-blogosphère. Je salue également l'initiative qu'elle a eu, avec d'autres blogueuses, dont Mercotte, d'aller exercer leur professionalisme sur un autre site afin de ne pas tout mélanger ("A table et cie").

Mais l'émulation est forte, et toutes et tous, rivalisent désormais de talent pour relooker leurs bannières, revoir leur charte graphique et leur maquette, et investir dans de véritables labos-photo pour immortaliser leurs chefs d'oeuvre, avec des photos dignes des éditions Marabout !

Et à force de bloguer-cuisiner, force est de constater que les résultats se professionalisent : les mets photographiés semblent désormais provenir des meilleures tables ou étales de pâtissiers. Pour être honnête, les macarons de mon boulanger font pleurer à côté de ceux que l'on croise désormais quotidiennement sur vos blogs !

Et pourtant, c'est précisément cela qui m'ennuie aujourd'hui...ce côté pro-de-l'édition-en-ligne qui semble sommeiller en chacun d'entre nous...

J'aimais, que dis-je !? j'adorais la fraîcheur 'faite maison' un brin brouillonne mais si généreuse de la Popotte de Manue. Chaque petit tour du côté de son blog un thé à la main suffisait à me remplir les narines d'odeurs de brioche à peine sortie du four, de rires d'enfants et de mains qui collent. Aujourd'hui, je suis en extase devant la qualité visuelle de ses réalisations, le stylisme photo, la lumière, presque digne d'une édition pro. Mais il me manque cette proximité, ce petit côté réel qui rendait son écriture unique, même si le ton n'a pas changé. Tout est désormais trop parfait.

Et puis il y a ce rêve d'être enfin édité... c'est un peu comme si c'était le but ultime de tout cet exercice, être repéré, contacté, mis en selle pour participer à la grande ronde prodigue de l'édition culinaire, qui n'en finit plus de boumer depuis ces deux dernières années. Allez ! Osez me dire que ce n'est pas là le petit rêve secret de la plupart des culino-blogeurs et bogueuses...

Bravo à celles et ceux qui ont su saisir ce tournant majeur de l'internet 2.0 pour se relancer, se lancer à plein temps dans leur passion ou s'en découvrir une nouvelle. Nous les suivrons d'un oeil d'ami bienveillant.

Et à tous les autres, par pitié, gardez et cultivez vos imperfections, votre amateurisme et contnuez de rire de vos loupés, car ils font toute l'authenticité, la fraîcheur et le divertissement de ce petit monde. Car franchement, si je veux un livre de cuisine, parfaitement maquetté et édité, avec de magnifique photos, j'en achète un. Ce que je chercher sur vos blogs, c'est tout ce qu'un éditeur n'osera jamais imprimer dans un livre !


I-jalouse !

Sp_a0055

Je me déclare officiellement i-jalouse !

Après des mois d'hésitation, d'attente de la 3G, d'essais infructueux de se convaincre du caractère indispensable des applicatifs outlook, mon cher et tendre a craqué ! Il a son niphone !

....et trouve ça tout simplement formidable...

et moi j'essaye de me convaincre que c'est trop gros, c'est trop lourd, ça n'a pas assez d'autonomie, que tout le monde en a un et que ce n'est pas original, que c'est trop cher, que je suis pas chez Orange, que j'attends le prochain, que j'ai déjà un blackberry, que, que que...


Rouillée

Dsc01523

Après 6 mois d'inactivité pour cause de violente ré-orientation professionnelle, j'ai décidé, bonnes résolutions de rentrée aidant, de reprendre ma communication avec ce vaste monde qu'est la toile et les quelques courageux optimistes qui continuent à venir relever les compteurs de ce blog de temps en temps.

Ne résistant pas à l'idée de régaler mes petits gourmets, de retour de vacances, après 2 mois de mise au vert, j'ai repris du service côté mixer et four.

Résultat tout à fait en dessous de mes attentes !

Il faut croire que je suis rouillée !

J'ai oublié que mon four fait du zèle, et qu'il cuit, dans le noir (black out de la lumière depuis...heu....toujours si je ne m'abuse...), avec une bonne vingtaine de degrés en trop par rapport à ce qu'il indique sur son thermostat !

Tenterait-on de me décourager ? C'est mal me connaître !

Voici donc, pour cette reprise, mes gâteaux aux chocolat version canicule. Ils sont bronzés, eux, au moins. Pas comme tous ces lavabos qui se plaignent d'avoir eu un temps pourri pour leurs vacances...ou sont qui ont déjà tout perdu car rentrés depuis déjà bien longtemps...


Nulle en crêpes

Pha103000060_1 

Toute maman parfaite qui se respecte est experte en sautage de crêpes. Elle  invite les petits copains pour participer à la fête, régale des tablées d'enfants à la sortie de l'école,

Chez nous, c'est une fois par an, chandeleur oblige, et dans la plus stricte intimité, que se déroule ma séance de torture crêpière...

Il faut se rendre à l'évidence, en matière de crêpes, j'ai deux mains gauche, j'en bâve vous n'avez pas idée !

Moi, je suis forte en gaufres, voilà ! Nulle en crêpes. Pour la pâte, pas de problème. De toutes façons, c'est pas moi qui la fait, c'est mon Thermomix, donc aucune chance de la râter. Mais c'est pendant la séance de cuisson que ça se gâte. Elle crâment toujours trop sur le premier côté, refusent de dorer sur le deuxième. Je mets à peu près 5 crêpes à trouver la bonne température pour la poële (une Le Creuset, en fonte, faut pas croire, j'ai investi !), je sais jamais quand il faut la regraisser, je me sers de ma spatule comme d'une truelle à crépis...

Mais bon, courageusement, je m'y colle, et mon petit public, pas difficile, me gratifie d'un petit succès d'estime. Disparition de la plâtrée en 10 minutes chrono, avec un délicieux : "hum, j'suis câlée..." de la petite dernière, le bidon rond comme une crêpe lui aussi.


C'est pas nous, c'est Noos !

Duck2

Des nouvelles fraîches de notre (absence de) connection internet.

Signal trop faible. C'est donc pas nous, c'est Noos. Donc c'était bien "le réseau, Madame" et non un branchement déficient. J'en connais un qui souffle. L'honneur est sauf.

Des nouvelles sous 48 heures. Faut qu'un autre technicien repasse....c'est pas le même qui fait l'intérieur et l'extérieur de l'immeuble. Efficace. No comment.

Toujours prisonniers de notre monde à nous, sans espoir de véritable contact avec l'extérieur (je veux dire par là avec des temps de réponse raisonnables...) avant les prochaines 48 heures. Toujours pas de Prison Break donc....


Locked-in Syndrom

200428250001

...pas d'internet depuis 4 jours !!

Merci Noos....15 minutes de hotline à 0.34cts la minute, avec au bout de la ligne, quelqu'un qui vous prend pour un débile qui n'a pas pensé, déjà, depuis le temps que la panne dure, à tout débrancher, tout rebrancher, tout rebooter, tout dé-proxy-ser, tout reseter...bref qui a tout essayé et qui doit bien s'est bien rendu compte que c'est la boîte qui est grillée !! ...3 coups de fils et autant de minutes plus tard, j'ai enfin droit à un RDV avec un technicien et une petite facture ("sauf si c'est une panne réseau madame...").

4 jours sans internet, donc, et de quoi réaliser l'ultime dépendance à laquelle nous sommes aujourd'hui rendu !!

- comment faire ses courses ?

- comment consulter la météo ?

- comment récupérer le numéro de tel du poney club ?

- comment retrouver le numéro de la hotline de noos ?...et mon numéro client ?

- comment lire vos blogs, comment ressuciter le mien ?

- comment faire un exposé sur le cheval, et un autre sur Canovas ?

-...

Heureusement, avec une bonne vieille liaison téléphonique GPRS (mais ciel quelle lenteur !!) et un bon vieux portable,...nous avons, fort heureusement, retrouvé un lien avec le monde extérieur ! C'est digne de Prison Break !


C'est un métier

J'ai beau travailler dans ce business...ça m'étonnera toujours. La beauté fabriquée, si loin de nombreux quotidiens de gens pourtant très biens.
Et pourtant, comme souvent, on peut voir la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine !
Tout le monde peut être sublîmé, à force maquillage, coiffage et photoshopage certes, mais pourquoi se priver de tant d'art et de technique ?
A montrer à vos moitiés, au cas où elles ignoraient encore qu'une véritable Kim Bassinger sommeille en vous, sur l'oreiller d'à côté.